Archives pour la catégorie En ville

Au sommet de Mount Maunganui

Près de Tauranga, dans la Bay of Plenty, au centre-nord de l’île du nord, se dresse le Mont Maunganui, qui surplombe toute la baie. La ville s’étend à l’est, et de l’autre côté, l’île Matakana, étroit banc de sable boisé, long de 20 kilomètres. L’ascension se fait facilement en quelques dizaines de minutes.

axL

Maunganui Maunganui Maunganui Maunganui Maunganui Maunganui Maunganui Maunganui Maunganui Maunganui Maunganui Maunganui Maunganui Maunganui Maunganui

Maunganui

Auckland, son centre et sa baie

Voici un aperçu d’Auckland, depuis sa promenade du front de mer. On y voit les gratte-ciel de son centre-ville, ainsi que les banlieues Nord : Takapuna, dominée par sa tour de verre, et Devonport, au pied des collines Mount Victoria et North Head. Au loin, l’île-volcan, c’est Rangitoto.

axL

AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL AKL

Wellington, capitale à taille humaine

Je déambulais dans le centre de Wellington, et me sentais bien. L’idée de capitale administrative que je m’en étais faite, telles Washington ou Canberra, a rapidement laissé place à tout autre chose, une image bien plus positive. Je n’y ai passé que 3 jours, mais ils furent bons. Wellington a selon moi les avantages d’une ville côtière, avec son centre tourné vers la mer. J’entends par là le bénéfice d’avoir son centre économique, composé de tours de verres qui grouillent toute la journée, a deux pas d’un port de plaisance et d’une promenade en bord de mer.  Tout autour de ce centre, vers l’intérieur, la ville offre de nombreux et larges espaces verts, à l’image de la réserve Zealandia ou de ses jardins botaniques.

Quelques faits : la ville est surnommée « windy Wellington », en référence au vent qui la balaie, il faut le croire, sans cesse. Récemment, une connaissance originaire de Wellington m’a avoué avoir déménagé à Auckland à cause du « temps pourri » qu’il y fait. Wellington n’est pas la première capitale de la Nouvelle-Zélande. Après la signature du Traité de Waitangi et l’installation de la souveraineté britannique, Russell, située tout près, dans la pointe nord du pays, a été désignée comme capitale. Auckland l’a ensuite été, entre 1841 et 1865. C’est à ce moment-là que Wellington a été choisie, pour sa position plus centrale. Elle est, d’ailleurs, à l’échelle mondiale, la capitale de pays la plus au sud.

axL

Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington Wellington

Travis wetland : au royaume du pukeko

Au nord de Christchurch se situe le Travis Nature Heritage Park, autrement dit Travis Wetland. Il s’agit d’un milieu humide protégé, qui abrite de nombreuses espèces végétales et animales endémiques, dont notamment une population importante de pukekos – que vous apercevrez à de multiples reprises ci-dessous. Ce terrain, qui couvre 116 hectares, a été racheté par le Christchurch City Council en 1996. Je m’y suis rendu après un gros épisode pluvieux, aussi bien équipé qu’un nudiste au Mont-Blanc. Résultat : j’ai préféré enlever les chaussures à plusieurs reprises, afin de pouvoir parcourir la boucle de 3,5 km offerte aux visiteurs.

Travis wetland Travis wetland Travis wetland Travis wetland Travis wetland Travis wetland Travis wetland Travis wetland Travis wetland Travis wetland Travis wetland Travis wetland Travis wetland Travis wetland

Aussi, au retour, j’ai profité de la proximité de New Brighton, banlieue côtière, pour me promener sur la jetée et au bord de l’océan.

New Brighton New Brighton New Brighton New Brighton New Brighton New Brighton New Brighton

axL

Cathédrale de transition en carton

Shigeru Ban. Ce nom ne vous dit peut-être pas grand chose. A moi non plus, jusqu’à il y a quelques semaines. Cet architecte japonais est en effet le lauréat 2014 du prix Pritzker, propre au domaine et décerné chaque année. En France, il a dessiné, par exemple, le Centre Pompidou de Metz ou encore le Consortium, à Dijon. Et ici, à Christchurch, il est à l’origine de la création de la « Cardboard Cathedral », ou cathédrale en carton. Celle-ci a été érigée suite au tremblement de terre, et n’est que provisoire. La ville a intentionnellement fait appel à Shigeru Ban, qui avait déjà réalisé une cathédrale avec les mêmes matériaux au Japon.

Nommé symboliquement « cathédrale en carton », l’édifice est en réalité composé, aussi, de bois et d’acier, et assis sur une chape de béton. Elle est faite pour tenir une cinquantaine d’années, et pourrait devenir l’église paroissiale de St John, quand une cathédrale permanente sera de nouveau sur pied à  son emplacement d’origine, Cathedral Square. « Le design est très simple, avec des vagues de tubes en carton qui conduisent le regard vers la croix et l’autel », explique une brochure.

Ici, vous trouverez un timelapse de la construction de la cathédrale.

Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral Cardboard Cathedral

axL